ECHAPPEES MACEDONIENNES (SUITE 4) par Marie-Claude Jardel

Publié le par Les amoureux de la Grèce

Au 6ème siècle apr.J.-C., peu après la construction de SAINTE SOPHIE à CONSTANTINOPLE, la palestre et le marché furent entièrement rasés pour permettre la construction de la Basilique dite B, de plan carré. Une basilique à coupole dont le dôme reposait sur quatre piliers encore visibles aujourd’hui.

PHOTO-59.JPG  PHOTO-60.jpg
PHOTO-61.jpg  PHOTO-62.jpg
PHOTO-63.JPG  PHOTO-64.jpg

Ce fut la dernière église construite à PHILIPPES.

C’est l’une des premières applications en province du plan d’une basilique à coupole, dont certaines réalisations rivaliseront en taille et en ornements avec les plus belles fondations de THESSALONIQUE ou de CONSTANTINOPLE.

Le vaste sanctuaire de 31 mètres de large de cette basilique B était divisait en trois nefs par deux colonnades de six colonnes chacune. Ces trois nefs communiquaient avec le NARTHEX par trois entrées voûtées.

PHOTO-65.jpg  PHOTO-66.jpg

Richement décorée, de marbre blanc ou coloré, colonnes vertes

PHOTO-67.jpg  PHOTO-68.jpg

aux chapiteaux de feuilles d’acanthes,

PHOTO-69.jpg  PHOTO-70.JPG

PHOTO-71.JPG

 

cette basilique était aniconique (c’est-à-dire sans icône). Il faudra attendre le synode de NICEE proclamant l’orthodoxie pour voir des représentations de visages de saint sur des icônes.

Sans atrium elle était également sans séparation entre le chœur et la nef, les deux étant simplement reliés par un petit escalier, comme dans les premiers temps du christianisme.

P. LEMERLE qui en effectua la fouille dans les années 30 estima qu’elle ne fut jamais terminée en raison de l’effondrement rapide de sa coupole.

Du 4ème siècle au 6ème siècle apr.J.-C. l’empire se couvrit de nombreuses basiliques : cela répondait au développement économique et démographique: la PAX BYZANTINA prenant le relais de la PAX ROMANA.

Construites à la gloire du Seigneur (CORINTHE : 120 m. THESSALONIQUE : 140 m.) leur longueur, leur magnificence et leur importance servirent également de propagande au pouvoir impérial.

La basilique SAINT PAUL la plus ancienne église de PHILIPPES (2ème quart du 4ème siècle apr.J.-C.) se trouve à l’est du FORUM,  près d’une tombe d’époque hellénistique 

L' HEROON.

PHOTO-72.JPG  PHOTO-73.jpg

1 : OCTOGONE

2 : Petite chapelle du 2ème siècle av.J.-C. (de type HEROON) où un jeune défunt fut héroïsé.

3 : Fontaine

4 : Stoa

5 : Atrium

6 : Baptistère

7 : Quartier épiscopal

8 : Thermes

Dans l’antiquité un héros est une personnalité mythique ou historique dont on reconnaît le caractère surnaturel après sa mort. Il devient alors le référent identitaire de la communauté, un intercesseur entre les dieux et les hommes.

Son culte se faisait par l’intermédiaire d’un squelette couvert de plaques d’or, donc divinisé car l’or était strictement réservé aux dieux et parfois aux rois, d’une table d’offrandes ou d’une chapelle pouvant avoir parfois des dimensions monumentales

La chambre funéraire à coupole de ce jeune héros dont le culte fut progressivement christianisé et une partie de la KREPIS à 3 degrés sur laquelle reposait un petit édifice cultuel en forme de temple, furent mis au jour à l’intérieur du monument communément appelé l’OCTOGONE. On assiste alors à une substitution de culte : lorsque les premiers chrétiens eurent la possibilité d’exprimer en public leur foi, ils greffèrent leur lieu de culte sur un ancien centre de culte païen, sans le détruire.

Adossé à l’ HEROON fut construit une basilique consacrée à l’apôtre PAUL, premier édifice cultuel public des chrétiens de PHILIPPES. L’inscription « PORPHYRE, évêque, a fait faire le décor de mosaïque de la basilique de PAUL, en CHRIST » en mosaïques le date

de 340 apr.J.-C.

 

 

PHOTO-74-copie-2.JPG

Ce n’était d’ailleurs pas la seule mosaïque de cette petite église. Là encore pas de représentations de saints, mais des guirlandes, des rosaces, des marguerites, calices (symbolisant la vie), nœuds.

PHOTO-75.JPG  PHOTO-76.jpg
PHOTO-77.JPG  PHOTO-78.jpg
PHOTO-79.jpg  PHOTO-80.jpg

 

Le culte du fondateur de la cité est une fidélité de mémoire à travers les siècles : ainsi à PHILIPPES, la basilique SAINT PAUL construite pourtant 3 siècles après son passage. Pour les PHILIPPIENS, l’apôtre PAUL reste « le fondateur de la cité » : ils s’inspirent de sa mémoire et s’appuient sur ses textes : « Gardez bien ce trésor des lettres » (évêque POLYCARPE).

Puis au début du 5ème siècle on construisit sur l’emplacement de la BASILIQUE ST PAUL et de l’ HEROON, l’OCTOGONE de PHILIPPES, qui fut en fait la cathédrale de la ville.

Un couloir couvert et pavé de mosaïque conduisait à l’édifice.

 PHOTO-81.jpg  PHOTO-82.jpg

De plan carré avec une colonnade intérieure de plan octogonal d’où son nom d’OCTOGONE, cet édifice était couvert d’une coupole.

PHOTO-83.JPG

 

Il devint très vite le centre du quartier épiscopal.

Peu à peu PHILIPPES devint un lieu de pèlerinage sur les traces de SAINT PAUL. Mais même ce dernier finit par s’interrompre au 8ème siècle suite aux invasions slaves et à la proximité de CONSTANTINOPLE de l’empire qui devint capitale.

 

 

A SUIVRE... 

Publié dans VOYAGES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article