L'ORIGINE DE NOTRE C IVILISATION...

Publié le par Les amoureux de la Grèce

AUX SOURCES DU MIRACLE GREC


                                                              Par Jean LE PANSE

 

Les Grecs sont à l’origine de la philosophie occidentale, comme ils sont à l’origine de toute notre civilisation. Mais ce n’est pas en Grèce proprement dite qu’est née la philosophie : c’est aux deux extrémités du monde grec d’alors : les côtes « ioniennes », d’abord, (celles de « l’Asie mineure »), puis les côtes de la « Grande Grèce », comme on disait à l’époque, c’est-à-dire de l’Italie du sud, les côtes de la Campanie, au sud de l’actuelle ville de Naples

             

220px-Thales


carteasiemin2.jpg


                                                               
                                                                       
              THALES -625 - 547 av.J.-C.

 


La spéculation « philosophique » fut inaugurée par les trois « Milésiens » (philosophes de Milet, au sud de Smyrne) : Thalès, Anaximandre et Anaximène, qui, en se demandant « de quoi sont faites les choses », autrement dit à quel élément simple et connu on peut ramener toute la complexité du réel, inaugurèrent sans le savoir ce que nous appelons aujourd’hui l’esprit scientifique : pour la première fois, en effet, dans l’histoire de l’humanité, les dieux étaient mis entre parenthèses et l’on se passait d’eux pour expliquer le monde. Après les Milésiens, trois autres « Ioniens » allaient marquer ces débuts de la pensée grecque : Héraclite, Xénophane et Pythagore.

                                    
              200px-Magna_Graecia.jpg                                     pythagore.jpg

                                                                                                

                      GRANDE GRECE                                              PYTHAGORE environ -580-497 av.J.-C.

 

 

Mais déjà, le centre de gravité de la recherche philosophique s’était déplacé d’Est en Ouest, vers la « Grande Grèce » : c’est là qu’était venu enseigner Xénophane (de Colophon), là aussi que Pythagore (de Samos) était venu fonder son école, qui restait largement encore une sorte de secte initiatique. Mais c’est là surtout qu’allaient s’illustrer les « Eléates » (les philosophes d’Elée, sur la côte campanienne) dont les deux plus célèbres sont Parménide et son fidèle disciple Zénon. Parménide, que Platon a appelé « le Grand », (un beau compliment, venant de lui !)  fera faire un pas de géant à la philosophie, mais « l’Etre » (to on) qu’il a défini restait marqué par une ambiguïté fondamentale : était-ce Dieu ou était-ce l’Univers ?

 

A partir de Parménide, la pensée grecque va donc diverger vers deux directions opposées et inconciliables : l’une d’elle conduira au matérialisme des Atomistes (et plus tard d’Epicure et de Lucrèce), tandis que l’autre aboutira à l’idéalisme de Platon et de ses innombrables épigones, païens comme les néoplatoniciens (dont Plotin est le plus illustre),  juifs comme Philon d’Alexandrie, ou chrétiens, comme Augustin d’Hippone (St Augustin). La longue aventure de la pensée européenne ne faisait que commencer.

 

_________________

 

 

Publié dans ANNONCES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Les amoureux de la Grèce 01/02/2010 10:59


Merci chère supportrice de nous encourager
à trouver des sujets aussi variés qu'intéressants.


CONAN Danièle 01/02/2010 09:40


Merci pour ce résumé très concis.
Une supportrice de votre site
Amicalement