Additif au voyage HOSIOS LOUKAS : un petit plus sur SAINT PANTALEON

Publié le par Les amoureux de la Grèce

SAINT-PANTELEIMON (SAINT-PANTALEON)


SAINT PANTALEON c’est à dire « compatissant » (forme latine de SAINT Pantéléimon), noble médecin romain qui naquit aux environs de 284 après JESUS-CHRIST  à NICOMEDIE (capitale de la province romaine de BITHYNIE sur les bords de la mer noire).
Son père, sénateur, était païen et sa mère chrétienne





(au centre SAINT PANTALEON , à gauche SAINTE EUBULA sa mère et à droite  SAINT HERMOLAUS  , le saint homme qui le convertit)




Il étudia la médecine et devint si célèbre que l'empereur MAXIMIEN GALERE voulut l'avoir à sa cour.
 Il était ce que l'on appelle en orient, un SAINT ANARGYRE (l'équivalent de nos saints AUXILIATEURS) : à savoir qu'il soignait ses patients, riches ou pauvres, sans demander de rétribution.
Il est le patron des médecins, des nourrices et des assistantes maternelles, spécialisé dans la guérison de la tuberculose, de la consomption et du strabisme.
Il est représenté avec des attributs de médecin ou en train de soigner (remarquez la cuillère et la boîte de médicaments entre ses mains) . Les cheveux courts et bouclés, sans barbe.  
(Il présente comme signe distinctif 2 mains clouées ? ?)


Converti au christianisme, il distribua son héritage aux pauvres, libéra ses esclaves et se mit au service des malades auxquels il ne demandait comme rétribution que de croire au CHRIST. Par sa foi, il aurait guéri de nombreux malades (entre autre on cite la guérison d'un aveugle, d'un enfant trouvé mort sur le chemin après avoir été mordu par une vipère, un paralytique....  ).

Des confrères jaloux le dénoncèrent  comme chrétien auprès de son ancien protecteur l'empereur MAXIMIEN ,


MAXIMIEN empereur païen pieux et zélé joua un rôle important dans les persécutions à l'encontre des chrétiens. Il remit en vigueur le dernier édit de VALERIEN qui frappait de mort le CRIME DE CHRISTIANISME : ce fut le signal de la grande persécution de 8 ans



Il accusa Saint PANTALEON de faire injure à  ASCLEPIOS  et autres  dieux et lui demanda de renier le CHRIST. Mais, ni les flatteries, ni les menaces ne parvinrent à lui faire renier sa foi. L'Empereur le livra alors à la torture : attaché à un poteau, on lui lacéra les flancs et on lui passa des torches enflammées sur les plaies. Il  aurait été par la suite  plongé dans du  plomb fondu, jeté à la mer attaché à une lourde pierre, livré aux fauves (les auteurs chrétiens racontent que les bêtes sauvages venaient se rouler à ses pieds et le léchaient). Il aurait même été attaché à une roue garnie de lames tranchantes, cette roue ayant dévalé une colline devant toute la ville réunie. Mais lors de chaque supplice le CHRIST intervenait pour le sauver.
MAXIMIEN ordonna alors de le faire décapiter et de livrer son corps au feu. Mais le glaive du bourreau fondit « et devant ce miracle tous les soldats présents se convertirent »
Saint PANTELEON leur aurait lui-même demandé d'aller jusqu'au bout de leur mission «et lorsque sa tête tomba, du lait coula de son cou, son corps devint tout blanc et l'olivier desséché auquel il était attaché reverdit soudain et se couvrit de fruits ».

L'empereur aurait, dit-on, ordonné de couper l'arbre et de brûler le corps, mais les chrétiens, en secret, emportèrent le corps et l'enterrèrent en dehors de la ville.  



Il meurt en 303  après JESUS-CHRIST et figure dans les plus anciens MARTYROLOGUES, recueils de noms de saints et de martyrs à fêter

D'après SAINT-JEAN DAMASCENE,  ses restes furent transportés à CONSTANTINOPLE, puis furent volés par les croisés au 12ème siècle. Aujourd'hui, une partie de ses restes seraient  au MONT ATHOS  (eh oui! lui aussi ! ! !) et depuis 400 ans une huile miraculeuse s'écoulerait de sa tête.


En France, 3 communes portent son nom dont 2 en Corrèze. Et l'on retrouve même une chapelle à son nom à BUENOS AIRES en ARGENTINE.

Et  , en toute dernière minute , ........ enfin .....la mosaïque de
SAINT-PANTALEON  à HOSIOS LOUKAS









Publié dans VOYAGES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article